Miriam Gablier : « La conscience est avant tout une expérience intime ».

La notion de Conscience revient souvent dans les discussions, les formations, les colloques et les recherches en tout genre. Mais de quoi parlons-nous ? Dans les Mystères de la conscience, Miriam Gablier offre des cartes et des outils permettant à tout un chacun de mieux s’orienter face à cette notion, omniprésente et pourtant toujours aussi mystérieuse.

 

Miriam Gablier semble se délecter de sujets délicats. Dans un précédent et bel ouvrage, elle s’est intéressée à l’hypothèse de La réincarnation*. En croisant les sources, elle en présente les principaux aspects empiriques et théoriques. Aujourd’hui, elle récidive avec la Conscience, une notion ô combien fourre-tout, qui occupe le devant de la scène depuis une quarantaine d’années. Autant dire que le terrain est glissant.

« L’idée d’écrire un tel livre n’est pas de moi. J’ai relevé le défi, ce qui est fou car c’est sûrement un des sujets les plus difficiles à traiter ! », s’exclame la journaliste en riant.

De fait, s’y confronter revient à se plonger dans la philosophie, la psychologie, les neurosciences mais aussi la parapsychologie, l’étude des états élargis de la conscience. Tout cela, en faisant un détour par les grandes traditions spirituelles.

Ainsi, Miriam Gablier a mené un imposant travail de recherche afin de défricher une question qu’on se pose tous : qu’est-ce que la Conscience ? « Et au final, il fallait que ce soit facile ! (rire) L’objectif est d’offrir des repères, des outils utiles. Le livre est composé de petits blocs de textes, d’anecdotes, de cas types et il est superbement d’illustré », commente l’auteure, ancienne  présidente de l’APPB.

Une notion relativement moderne

Nous découvrons alors que, curieusement, la notion de Conscience, telle qu’elle est entendue actuellement, est apparue seulement au XVIIe siècle, avec les philosophes des lumières. L’auteure, nous prend ensuite par la main et nous fait voyager à travers les 4 derniers siècles, en décortiquant les principales questions que soulève ce sujet essentiel.

Qui sont les sujets conscients ? Qu’en est-il de l’inconscient ? Comment penser la relation entre la conscience et le corps ? Est-ce le cerveau qui produit la conscience ? Pourrons-nous créer une conscience artificielle ? Comment gérer les états modifiés de la conscience ? Que faire de ces manifestations paranormales ? Comment se fait-il que nous puissions accéder à des informations
en dehors de l’espace-temps ? Une forme de conscience survie-t-elle au-delà de la
mort ? Et si tout était conscience ? Etc.

Sans surprise, nous constatons également que l’occident semble mal outillé pour aborder cette notion centrale, ne serait-ce que de par son langage. En sanscrit, il existe par exemple, une vingtaine de termes pour évoquer les différents aspects de la conscience, là où nous n’en avons que quelques-uns. Nous pouvons parler de psyché, d’âme, d’esprit. Cependant, tout le monde ne définit pas ces notions de la même manière. Surtout, nous avons tendance à nous retrouver très vite dans un dualisme qui met la conscience d’un côté et la matière de l’autre – ce qui n’est pas sans conséquence.

« La conscience est ce qui permet de faire de la conscience un objet d’étude »

Au final, une difficulté principale s’impose : « tant que nous tentons de faire de la conscience un objet d’étude extérieur à nous, tant que nous abordons la conscience de manière objective, nous sommes en quelque sorte à côté de la plaque. La conscience est avant tout et surtout une expérience intime et subjective. La conscience est ce qui permet de faire de la conscience un objet d’étude. C’est l’attention que nous tournons vers l’attention. Ainsi, c’est depuis un vécu intime, dans l’instant présent, que nous pouvons l’aborder en son cœur. Là, toutes les connaissances que nous avons élaborées sont susceptibles de s’écrouler comme un château de cartes. Certains domaines de recherche tentent actuellement de faire des ponts entre objectivité et subjectivité. C’est passionnant ! ».

Richard Benguigui
Le site de l’auteur

* La réincarnation. Une enquête aux frontières de la mémoire.  Edition de la Martinière

Les Mystères de la conscience. Prémonition, télépathie, voyance, sortie de corps…
Préface de Frédéric Lenoir. Illustration Emilie Ramon. Edition Le Lotus et
l’éléphant/Hachette pratique. A paraître le 1er octobre. Disponible en pré-
commande.

Soirée de lancement le mardi 8 octobre – mini conférence, dédicaces et cocktail
L’Agora, 64 rue du Père Corentin, 75014 Paris, à 200 mètres du métro Porte
d’Orléans, ligne 4.

Miriam Gablier est auteure-journaliste. Sa spécificité est de traiter du potentiel
humain et de l’intelligence du vivant : thérapies, psychologie, philosophie, spiritualité
et sciences. Titulaire d’un Master de philosophie (DEA), elle est l’auteure des
ouvrages : Les mystères de la conscience (Hachette, 2019), La réincarnation, une
enquête aux frontières de la mémoire (La Martinière, 2014) et co-auteure des
ouvrages : Le bonheur est dans le corps (Dervy, 2015) avec le Dr Olivier Chambon,
La psychologie Biodynamique, une thérapie qui donne la parole au corps (Le courrier
du livre, 2013) avec François Lewin.
www.miriamgablier.fr    
page facebook